« Nous avons encore vendu un double tourbillon hier à Paris, à 250 000 CHF, mais on ne sort pas le champagne à chaque fois, c’est presque notre quotidien. Le double tourbillon, c’est notre best-seller ». Provocateur, Jean-Marc Pontroué, CEO de Roger Dubuis ? Alors que l’industrie maugrée contre un ralentissement économique tangible, la manufacture semble afficher des résultats éclatants. Elle s’apprête pourtant à réduire sensiblement la voilure de ses collections, pour mieux se concentrer sur ses succès.

Squelette araignée, la nouvelle créature

Les fans de la marque l’attendait, l’industrie confirmait la tendance : la montre squelette sera définitivement l’une des dominantes de l’année 2015, et Roger Dubuis compte bien l’incarner. « C’est pour nous un angle de travail comme de différenciation », confirme Jean-Marc Pontroué. « Le double tourbillon que nous avons lancé en 2000 est notre best-seller. Nous en vendons en moyenne 250 par an, et autant pour les simples tourbillons, sans même mentionner une centaine de Quatuor ». Le pont commun entre ces références à succès ? Elles appartiennent à la collection Excalibur, qui sera donc renforcée en 2015.

D’ores et déjà, en amont du SIHH, Roger Dubuis  a donc confirmé l’apparition de deux nouvelles références au sein de cette collection, qui feront la part belle...au vide. « Nos mouvements squelettes sont conçus comme tels, ils ne s’agit pas de calibres existants évidés », rappelle Jean-Marc Pontroué. Avec la Spider Tourbillon Volant Squelette, la manufacture confirme donc son approche radicale, toujours très architecturale et qui renforce son identité visuelle.

 

Roger Dubuis - Excalibur Spider Tourbillon Volant Squelette

Sportive, l’Excalibur Spider Tourbillon Volant Squelette marie l’or, le titane et le caoutchouc. © Roger Dubuis

 

C’est le symbole de l’étoile, ici placé à 1h, qui sera la pierre angulaire de l’esthétique de cette nouvelle pièce. Il représente également le cœur de la toile d’araignée figurée par la manufacture. La plus grande nouveauté de cette pièce  réside dans la décision d'étendre le savoir-faire en squelettage au boîtier et au rehaut du modèle. Bien que dimensionnée à 45 mm, la pièce reste donc légère, aérienne. Et surtout, sportive, puisque l’aluminium, le titane et le caoutchouc feront leur entrée dans cette nouvelle référence.

L’Excalibur squelette devient automatique

L’autre grande annonce de la marque concerne, une fois encore, la gamme Excalibur. Un nouveau calibre maison apparaît, également fort attendu : un squelette automatique à micro-rotor. Toujours avec cette signature en étoile (passée pour l’occasion à 4h), le calibre RD820SQ permet pour la première fois d’offrir une Excalibur automatique.

 

Roger Dubuis - Excalibur Automatique Squelette

Excalibur Automatique Squelette en or rose. © Roger Dubuis

 

Si le principe est déjà, en soi, une nouveauté, la sculpture du micro-rotor est encore plus surprenante. L’objet, que l’on préfère plein pour l’avoir le plus lourd possible, est ici largement évidé. Sa capacité de remontage, assure la manufacture, est la même qu’un micro-rotor plein, ce qui constitue une avancée technique non négligeable. La pièce est annoncée pour 60h de réserve de marche.

 

Roger Dubuis - RD820SQ

Le calibre 820SQ, qui équipera la première Excalibur automatique, avec son micro-rotor squeletté entre 10h et 11h. © Roger Dubuis

 

Dames de velours

Enfin, Roger Dubuis a annoncé le renforcement de sa ligne féminine Velvet. Un aperçu avait déjà été donné à Watches & Wonders, avec des pièces Haute Couture, serties, des animations de bracelets, en vison notamment.

Roger Dubuis ne compte pas en rester là. « En valeur, l’horlogerie féminine, c’est déjà 30% de nos ventes », confirme Jean-Marc Pontroué. « Dans cette perspective, la mannequin Stephanie Seymour devient notre égérie pour le lancement de la Velvet Haute Joaillerie. Cela renforcera notre présence en horlogerie pour dames et préparera notre grand retour pour ce public à la joaillerie ».

C’est ici l’autre grande annonce de la manufacture : Roger Dubuis compte réinvestir le terrain de la haute joaillerie. Echéance : 2020. D’ici là, la manufacture travaillera à l’élaboration de nouvelles collections, et surtout, à la création d’un réseau de boutiques pouvant accueillir des gammes joaillières.

 

Roger Dubuis - Stephanie Seymour

La mannequin Stephanie Seymour, déjà image de la manufacture en 2013, devient égérie de la collection Velvet Haute Joaillerie. © Mikael Jansson / Roger Dubuis

 

Réduction de voilure

En parallèle de cette expansion, Roger Dubuis place une réduction. Ainsi, Jean-Marc Pontroué conclura de manière directe : « Nous avons considéré qu’à notre jeune âge, 20 ans, cinq lignes de produits, c’était trop ». Afin de limiter la dispersion et les frais de gestion d’une manufacture qui ne compte pas moins de 31 calibres manufacture, Roger Dubuis va donc mettre en sommeil ses lignes Pulsion et Monégasque. L’appétit de la marque reste donc le même, mais concentré sur trois lignes : Excalibur, Hommage, Velvet. Au total, elles représenteront 20 nouveautés en janvier à Genève.