Partageant la curiosité pour les cultures du monde qui caractérise Van Cleef & Arpels depuis l’origine, Pierre Arpels parcourt le monde en réponse aux commandes des grands clients de la Maison. C’est notamment le cas lorsqu’en 1966, Van Cleef & Arpels est sélectionné pour réaliser les joyaux du couronnement de l’Impératrice d’Iran Farah Pahlavi, prévu l’année suivante. Durant six mois, Pierre Arpels effectue ainsi 24 voyages à Téhéran, au cours desquels il sélectionne minutieusement les pierres issues du Trésor National, conservé à la Banque Centrale d’Iran, puis reconstitue un véritable atelier dans la salle du trésor. Ses voyages le conduisent également en Inde, où avec son frère Claude, il sillonne le pays à la recherche des plus belles pierres précieuses.

 

Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs

Montre Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs © Van Cleef & Arpels

 

Aujourd’hui, Van Cleef & Arpels a souhaité exprimer cette vision de l’Ailleurs tout en respectant les codes esthétiques intemporels de la collection Pierre Arpels : extrême pureté des lignes, finesse de la boîte retenue par des attaches centrales et motif piqué au centre du cadran, rappelant à la fois l’étoffe des chemises de smoking et le poinçon de Van Cleef & Arpels. La Pierre Arpels Heure d’ici & Heure d’ailleurs reprend également d’autres signatures stylistiques de Van Cleef & Arpels telles que l’asymétrie, souvent perceptible dans ses pièces joaillières, et l’écriture cursive du nom de la montre. Dans un même souci d’élégance, une seule couronne permet à la fois de remonter le mouvement, de régler les deux fuseaux horaires et les minutes, tout en illuminant d’un diamant la rondeur de la boîte.

Pour la première fois, la collection Pierre Arpels accueille une montre à complication, double fuseau horaire. Développé en collaboration avec l’Atelier Genevois d’Horlogerie Agenhor, ce mouvement automatique exclusif se distingue par un affichage double heure sautante et minutes rétrogrades. L’Heure d’ici, – heure de référence apparaissant dans le guichet situé en haut du cadran –, et l’Heure d’ailleurs, correspondant au deuxième fuseau horaire indiqué dans le guichet en bas du cadran, sautent en même temps grâce à un secteur unique synchronisant les deux disques des heures et l’aiguille rétrograde des minutes. Lorsque celle-ci atteint 60 minutes sur l’échelle graduée, elle revient ainsi à sa position de départ en parfaite synchronisation avec l’affichage des heures. Afin de préserver la finesse de la boîte, emblématique de la collection Pierre Arpels, le mouvement automatique est doté d’un micro-rotor en platine, remarquable par son faible encombrement. Bidirectionnel, il permet d’apporter de l’énergie de manière continue. Visible à travers une glace saphir, le mouvement est orné de finitions colimaçonnées sur les ponts, du poinçon de Van Cleef & Arpels et d’un décor bleu laqué sur le micro-rotor, reprenant le motif piqué du cadran.