Backes & Strauss occupait un coin discret de l’exposition WPHH de Genthod, mais exposait assez de diamants pour tenir un modeste trader occupé une année entière!  Au-delà de la quantité des pierres incrustées sur les garde-temps de la marque, c’est avant tout leur qualité qui les distingue d’autres montres joaillières.

Prenez par exemple le nouveau petit modèle Royal Jester (36mm). Il arbore pas moins de 202 diamants, pour un total de 8.14 carats, ne laissant libre qu’un petit espace sur le cadran où deux cercles affichent les heures et les minutes, générées par un mouvement mécanique. Deux cent de ces pierres sont de taille baguette alors que le centre de la montre est un unique diamant DIF de 0.80 carat. « D », la note maximale dans le tableau des couleurs de diamants de la GIA (Gemological Institute of America) correspond aux pierres incolores, alors que la dénomination IF (Internally Flawless – absence d’inclusions) est juste un cran  au dessous de la perfection totale sur l’échelle de la pureté.

 

Backes-&-Strauss-Royal-Jester.jpg

Royal Jester. © Backes & Strauss

La couleur représente un des 4 C qui définissent la qualité d’un diamant. C’est aussi le thème dominant de la nouvelle Piccadilly Princess Royal Blue de Backes & Strauss, dont le nom peut prêter à confusion. Le terme « royal blue » est réservé aux diamants à la clarté (le deuxième « C »)  parfaite, car leur pureté les fait paraître presque bleus à l’œil nu, un peu comme un glacier millénaire. Ce nouveau modèle comprend un total stupéfiant de 245 diamants blancs, totalisant 37,60 carats. C’est là qu’apparaît le troisième « C » - pour carats -  domaine où Backes & Strauss prédomine aussi. La marque  illustre sa maîtrise dans la taille des diamants  (« cut », le quatrième « C ») en présentant une mosaïque de dix tailles de pierre différentes sur le cadran, la lunette et le bracelet de cette pièce étonnante.

 

Backes-&-Strauss-Piccadilly-Princess-Royal-Blue.jpg

Piccadilly Princess Royal Blue. © Backes & Strauss

S’agissant de taille, William Goldberg, diamantaire à Manhattan, a développé et breveté sa propre taille, ASHOKA®. Celle-ci comprend 62 facettes et des angles arrondis caractéristiques. Backes & Strauss est la première marque à utiliser de telles pierres dans son modèle Royal ASHOKA® Empress, dévoilé en octobre dernier.

 

Backes-&-Strauss-Royal-ASHOKA-Empress.jpg

Royal ASHOKA® Empress. © Backes & Strauss

La collection Renaissance accueille quatre nouvelles créations remarquables, avec un boîtier en or rose ou or blanc 18 ct, et un bracelet en or ou serti de diamants.  Ce dernier totalise 737 diamants taille idéale, alors que le boîtier arbore deux rangs de diamants taille idéale (modèle Piccadilly Renaissance) et 124 ou 144 diamants sur le modèle Regent Renaissance, qui existe en deux tailles (28 x 33 and 32 x 28 mm).
Ces montres sont animées par un mouvement mécanique à remontage manuel ultra-plat, qui peut prendre place dans un boîtier de 6,1mm de hauteur.  Une version 40mm est aussi disponible:  il s’agit d’une pièce unique incrustée de 48 diamants taille baguette et de 4 diamants taille cerf-volant, avec un boîtier en or rose et un bracelet en alligator.

 

Backes-&-Strauss-Piccadilly-Renaissance-Diamond-Bracelets.jpg

Piccadilly Renaissance Diamond Bracelets. © Backes & Strauss

Ces modèles féminins mettent clairement l’accent sur la quantité et la qualité des pierres précieuses. Mais Backes & Strauss a aussi présenté des modèles destinés à des hommes exigeants. Nous y reviendrons très bientôt sur WorldTempus.