Historiquement, Piaget manufacturait des mouvements avant de devenir une marque à part entière en 1943, et de se forger une place unique dans l’univers horloger par sa maîtrise légendaire de l’extra-plat et de la joaillerie, sous l’impulsion visionnaire de Gérald et Timothée Piaget. Dans les années 60, la virtuosité des horlogers de la Fabrique (comme on appelait alors la Manufacture de la Côte-aux-Fées) était telle, qu’ils « s’amusaient » à intégrer des mouvements extra-plats dans des pièces de 20 dollars munies d’une ouverture secrète. Un talent vite reconnu à travers le monde et qui permit à Piaget de devenir l’une des premières maisons horlogères à s’afficher avec les têtes couronnées et les stars du show-business. Pour son 140e anniversaire, l’Altiplano P900 que nous avons testée, rend hommage aux générations d’horlogers qui contribuèrent à façonner la légende Piaget, et la repositionne admirablement pour un avenir qui promet de perpétuer son identité durant, encore, de nombreuses décennies.

L’habillage & le mouvement :

Habituellement l’habillage et le mouvement sont analysés distinctement dans cette rubrique. Or, les techniciens de Piaget ont obtenu l’extrême finesse de l’Altiplano P900 en fusionnant son habillage et son mouvement. Pour cette raison, il nous était impossible de traiter séparément ces deux sujets. Les différents composants du mouvement trouvent place directement dans le fond du boitier qui officie également en qualité de platine. Une astuce qui n’est pas sans rappeler une certaine montre en plastique lancée dans les années 80. Inutile de s’aventurer à pousser la comparaison au-delà, le but, les solutions techniques et, bien sûr, la qualité d’exécution divergeant totalement. Réellement innovante donc, cette solution a permis aux horlogers de Piaget de conquérir le titre de montre mécanique à remontage manuel la plus plate du monde. Une prouesse qui exige une précision extrême et des tolérances on ne peut plus serrées. Le fond-platine, en or, doit ainsi répondre à des critères techniques et esthétiques spécifiques parfois difficiles à conjuguer. On pense par exemple à la malléabilité de l’or ou de la difficulté à assembler un mouvement sur un fond décoré.
Ce type de construction implique également d’inverser la position de l’aiguillage puisque les ponts se retrouvent ainsi directement visibles par la glace. L’économie d’épaisseur ainsi réalisée est colossale, mais les techniciens de Piaget ont également fait un travail remarquable sur l’architecture du mouvement et les hauteurs accordées à chaque composant. Ainsi le mouvement s’organise principalement en périphérie de la surface d’affichage des heures et des minutes, excentrée pour l’occasion à 10H. Les ébats de hauteur et leurs tolérances affichent des valeurs infinitésimales comme la hauteur des planches des roues réduites ici à une épaisseur de 0.12mm soit l’équivalent du diamètre d’un cheveu !
L’esthétique que présente cette Altiplano P900 reflète visuellement l’entité obtenue par la symbiose du mouvement et de son boîtier. Deux couleurs offrent le contraste qui magnifie l’ingéniosité de cet ensemble. Les mobiles rhodiés répondent à l’or gris du boîtier et se détachent distinctement des ponts squelettés magnifiquement traités en noir.
L’extrême minceur que forme l’ensemble n’excède pas 3.65mm et harmonise avec les 38mm de diamètre du boitier des proportions absolument parfaites et adaptées aux standards actuels.

 

 Altiplano 38 mm 900P

Altiplano 900P, or rose, réf. G0A39110 © Piaget

 

Les tests :

Lorsqu’on porte une action quelconque à un assemblage mécanique complexe, ceci induit systématiquement, par les nombreuses interactions existant entre les composants, un compromis. Ainsi, une action qui favorisera un critère quel qu’il soit, se fera généralement au détriment d’un autre critère. Un mouvement squelette ou extra-plat – on retrouve ici ces deux contraintes - ne fait ainsi pas concourir les montres qu’ils équipent dans la même catégorie de chronométrie que des mouvements traditionnels. C’est conscient de cette réalité que nous avons entamé notre traditionnelle batterie de tests.
En dépit d’une couronne aux dimensions adaptées à celles de la montre, l’armage se fait très librement et ne nécessite pas une dextérité particulière. Autre compromis, le volume réduit de l’ensemble ne permet pas aux mouvements extra-plats de stocker l’énergie nécessaire à garantir des réserves de marche pharaoniques. Piaget nous donne officiellement une réserve de marche d’environ 48H. Lorsqu’on utilise environ, les mesures effectuées sont souvent en deçà de la valeur annoncée. Les deux mesures de réserve de marche effectuées étaient chaque fois légèrement supérieures aux 48 H de la fiche technique, ce qui constitue déjà un petit exploit.
Une valeur d’autant plus remarquable que le balancier oscille à la fréquence de 21’600Ah.
A la vue de la taille réduite du balancier, qui induit une inertie également faible, on ne s’attendait pas du tout aux mesures chronométriques enregistrées. Compte tenu de la réserve de marche et du statut d’extra-plat nous avons mesuré marches et amplitudes en plein armage et après 24H de fonctionnement. Tenant compte du statut d’extra-plat de cette montre, les résultats mesurés figurent certainement dans les plus impressionnants qu’il nous ait jamais été donné de mesurer dans cette rubrique. En plein armage, les marches des 5 positions sont comprises entre +1sec/j et +8sec/j pour un delta de 6.9 sec. Digne d’un certificat de chronométrie !!! Quant aux amplitudes, elles sont alors toutes comprises entre 270° et 306° pour un delta maximum de 36°.
Après 24h de fonctionnement les marches s’affichent entre 0sec/j et +11sec/j pour un delta max de 10.6sec. Les amplitudes ont été alors toutes mesurées entre 233° et 275°.
Outre des valeurs absolues remarquables, c’est le « tir groupé » constaté, tant dans la mesure des marches que des amplitudes, qui est simplement ahurissant.
Inutile de dire que le porté d’un tel garde-temps se révèle d’un confort absolu. Nous avons cependant ajouté un contrôle peu académique qui n’est habituellement pas réalisé. Les mouvements extra-plats et squelettes sont généralement sujets aux reversements par leurs faibles épaisseurs et ébats tolérés. Des simulations de mouvements brusques réalisés dans différents axes et à différents degrés d’armage n’ont pas réussi à provoquer ce défaut, ni même le moindre rebat à plein armage, attestant que les horlogers de Piaget ont su parfaitement sécuriser ce mouvement.

En conclusion :

Les proportions judicieuses de l’Altiplano P900 en font une montre qui incarne l’élégance de sa minceur extrême en demeurant très « virile » malgré des standards esthétiques modernes qui rendent souvent ces deux critères ambivalents. Hormis la valeur absolue de cette nouvelle référence, on salue particulièrement la direction de Piaget pour être parvenue au cours de ces dernières années à repositionner la marque sur son terrain d’excellence. L’Altiplano P900 en est certainement la plus belle expression en rendant hommage à 140 ans d’expertise tout en parvenant à innover en pure légitimité. Si la minceur d’une montre est un critère déterminant pour un adepte de belle horlogerie, Piaget est certainement la marque qu’il lui faut.

 

Altiplano 38 mm 900P

La montre Altiplano 38 mm 900P mesure 3,65 mm de haut. © Piaget