C’est la dix-huitième fois que je viens à Baselworld. Et je me demande quand même à chaque fois quels seront les nouveaux designs et les dernières innovations que je vais découvrir. Cela m’intrigue. Je me demande comment 1'500 marques de montres peuvent créer chaque année de nouveaux designs, des innovations insolites. La création pure, année après année, est déjà un défi en soi.  Mais Baselworld ne vous déçoit jamais. Il répond à vos attentes en s’inscrivant dans l’environnement global. Pas étonnant qu’il soit considéré, à juste titre, comme le lieu de rencontre le plus important du monde pour l’industrie horlogère et joaillière.

Sylvie Ritter, Directrice de Baselworld, a encore une fois souligné l’importance de la foire qui, en tant qu’événement incontournable pour le secteur des montres et des bijoux, exerce une forte attraction sur les consommateurs et suscite l’intérêt constant des médias. « Une grande émotion a marqué le début de la foire car nous avons appris le décès de M. Jacques J. Duchêne la veille de l’ouverture. Cette année M. Duchêne aurait célébré sa 60ème participation à Baselworld et son 20ème anniversaire en tant que président du comité des exposants »,  a ajouté Mme Ritter.

Cette année, la montre connectée d’Apple a été le principal sujet de discussion. Tout le monde parle de la révolution qui est sur le point de bouleverser le monde horloger. Compte tenu de cela, j’étais heureuse de découvrir de nombreuses innovations recourant à des matériaux différents. Le plus impressionnant est la tendance marquée aux montres à petits cadrans. J’ai vu la nouvelle collection de montres Pioneer de H. Moser & Cie avec des bracelets en caoutchouc. H. Moser & Cie est fière de compter parmi les quelques marques suisses qui méritent le nom de manufacture.

A mon avis, on assiste à l’émergence d’une nouvelle catégorie de montres high-tech. Et il est clair également que les montres tendent à devenir plus petites. Comme Mme Ritter l’a parfaitement résumé, Baselworld a peut-être connu des éditions où les conditions étaient plus favorables et donc l’ambiance plus optimiste, mais heureusement à aucun moment nous n’avons eu l’impression que l’industrie horlogère et joaillière manquait d’idées innovantes. Je suis complètement d’accord avec ce constat.

Mes choix parmi l’impressionnante multiplicité de nouveautés à Baselworld 2015 :

Raymond Weil Nabucco: l’horloger suisse de luxe s’est associé à la firme musicale Gibson Brands pour produire, en édition limitée, une Nabucco inspirée par la guitare Gibson SG Standard dotée d’un système d’accordage automatique. Cette montre présente un cadran noir galvanisé entouré de six rainures symbolisant les cordes de la Gibson SG Standard.

Dior Grand Bal Cancan: depuis 2010, les montres Dior rendent hommage à l’héritage haute-couture de la Maison et à son infinie palette de couleurs avec une collection de pièces exceptionnelles ou reproductibles .

Zenith Academy Christophe Colomb Hurricane: l’extérieur et le cadran de cette montre sont des merveilles qui font la part belle au mouvement. Tandis que deux des sous-cadrans – la petite seconde à 9 heures et l’affichage de réserve de marche (de 50 heures) à 4 heures – sont en or et parés d’un léger motif guilloché, les trois sous-cadrans sont vissés à la platine et arborent des aiguilles en acier bleui selon la plus pure tradition horlogère.

Gucci Horsebit: le motif du mors à cheval est l’un des designs les plus reconnaissables. Cette collection s’est enrichie de six nouveaux modèles, dont trois avec des bracelets en cuir aux couleurs douces. Le boîtier incurvé en forme de mors, en acier inoxydable, reproduit l’emblème équestre et abrite un élégant cadran laqué de blanc. Le bracelet est en acier poli ou en cuir coloré dans les nuances de rouge, brun et rouge brique.

TAG Heuer Carrera - Heuer 01: c’est un chronographe de Manufacture qui représente le développement horloger du calibre 1887, épine dorsale de la nouvelle collection. Son nouveau design révèle les commandes du chronographe et le disque ajouré de la date du côté du cadran. Sur le fond du boîtier on repère immédiatement l’audacieuse roue à colonnes rouge, mais le pont de chronographe squelettisé et la masse oscillante noire attirent également l’attention sur le mécanisme.

Chopard Happy Fish: cette montre offre un éblouissant spectacle marin animé par la danse tourbillonnante de 7 diamants mobiles. La nouvelle Happy Fish célèbre la magie des fonds marins en une vision délicieusement harmonieuse de turquoise et d’or : les mouvements gracieux et les courbes ondoyantes d’un majestueux poisson visible dans la nuit prennent vie grâce à un délicat travail de gravure sur de la nacre perlée.