Quelles que soient les innovations apparues ces dernières années, la répétition minutes reste basée sur un principe né au 18é siècle : un marteau frappe sur un anneau de métal qui vibre et crée un son. Ce timbre est enroulé autour du mouvement et ce marteau le frappe latéralement. Et voici que Breguet repense ce principe en profondeur avec la Tradition Répétition Minutes Tourbillon, référence 7087.

En matière de répétition minutes, le diable est dans les détails. Unique complication qui résiste encore et toujours à la démocratisation, elle compte des dizaines de propositions par des dizaines de marques, dont très peu arrivent à se distinguer. Certaines par leur technicité, d'autres par leur expérience, elles ont fait progresser considérablement la science de la montre musicale ces dernières années. Breguet avait mis en place des avancées discrètes dans ses divers modèles. Il a fallu douze années de recherches en trame de fond et cinq de développement spécifique pour lancer la 7087. Elle intègre ces nombreux changements et une démarche pragmatique.

Breguet - Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087

Au dos de la Breguet 7087, le calibre Breguet 565DR ne ressemble en rien à l’architecture habituelle des répétitions minutes, et pour cause. © Breguet

Premier changement d’approche, les marteaux du calibre 565DR frappent les timbres de manière verticale et non horizontale. Au lieu de dépasser de la tranche du mouvement, ils frappent par en-dessous, comme pour se plaindre de voisins bruyants. Derrière ce changement d'angle, un constat physique : le verre et la lunette créent le son comme la membrane d'un haut-parleur. Pour les mettre en vibration, comme un piston, il est plus efficace que l'énergie arrive dans la même direction que la vibration. Comme la surface du verre est plane, il faut donc que la vibration arrive à plat.

Breguet - Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087

Sous les timbres, deux marteaux qui frappent vers le haut, une caractéristique unique de la Breguet 7087. © David Chokron/Worldtempus

Second changement d'approche, la vibration de la montre est considérée comme un tout. Le timbre en lui-même ne produit pas de son. Il est fixé à la lunette et donc au verre en saphir, qui, eux, produisent la musique en coordination avec la boîte. La lunette est donc fixée à la boîte en trois points, choisis pour leur position propre à propager le son. La boîte elle-même a été travaillé afin de l'augmenter. Son fond possède plusieurs perforations, qui utilisent la résonance de Helmholtz. Derrière ce nom complexe se cache le phénomène bien connu qui produit un son en soufflant dans le goulot d'une bouteille vide: avec le bon angle et le bon volume, la cavité capte une vibration et en tire une note. Il s'agit de la plus basique des amplifications naturelles.

Troisième point fondamental, les timbres. Ce qui étonne, c'est leur forme jamais vue. Tous deux se replient par-dessus le mouvement au lieu de l'encercler. Ils sont plus courts qu'à l'accoutumée. Le premier, qui regarde vers le haut avec sa forme de pain de sucre, est le plus court et produit la note aiguë des minutes. Il est fixé à la lunette par ses deux extrémités, ce qui serait une aberration dans le système classique des répétition minutes. Le second a une forme irrégulière, comme un grand D avec un accroche-cœur à mi-chemin de la grande boucle. Il n'est fixé qu'à un seul bout. La démarche qui a mené à ces formes intrigantes est totalement nouvelle.

Breguet - Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087

Au-dessus d'un grand tourbillon avec échappement silicium, le timbre de sonnerie des heures avec sa forme inclassable. © David Chokron/Worldtempus

Breguet est parti du son désiré et a dessiné les timbres en fonction. Il leur est désormais possible de concevoir la géométrie en fonction de l'effet désiré au lieu de l'inverse. Autre nouveauté, ces timbres sont en or, au lieu du traditionnel acier. Pas de recette ésotérique, pas de trempe secrète et autre poudre de perlimpinpin, il s'agit d'un alliage d'or standard. Ce que l’équipe a découvert est que le filtrage du son par la boîte et le verre est plus important que la sonorité du métal du timbre. Ils ont donc choisi l'or parce qu'il permet d’activer plus de fréquences sonores dans le spectre audible, créant un son plus riche. Il permet également de maintenir une continuité entre boîte, lunette et timbre puisque tous sont faits de la même matière.

Quatrième point nouveau, le régulateur. Il s'agit de la pièce qui égalise la vitesse à laquelle la sonnerie se déroule. La répétition minutes travaille grâce à un petit barillet, celui qui est remonté lorsque l'on arme le verrou ou qu'on appuie sur le bouton de sonnerie. Comme tout ressort, il ne demande qu'à se dévider à toute vitesse et il faut le retenir. Au lieu de moyens mécaniques, toujours audibles et qui polluent le son des timbres, Breguet a utilisé son expérience acquise avec sa montre Réveil Musical. La marque en utilise le régulateur magnétique. Sa vitesse de rotation est filtrée par des aimants. Totalement silencieux, ce système est exploitable uniquement grâce à la présence d'un échappement 100% silicium, insensible aux champs magnétiques. Un échappement traditionnel contient du fer et en aurait été gravement perturbé. Résultat, pas de friction, pas de bruit, la sonnerie a le champ libre pour occuper l'espace sonore.

Cinquième innovation, la transmission de la force. Il s'agit d'un détail mais qui a son importance. Les sonneries sont souvent présentées au public pour sonner le plus longtemps possible, à 12h59. On constate alors souvent que la force de frappe des marteaux n'est pas régulière. Les derniers sons s’essoufflent par manque d'énergie alors que les premiers sont trop intenses. Breguet utilise ici un système de transmission de la force par chaîne et autour d'une came. Elle égalise la force des quelques vingt secondes de la sonnerie.

Breguet - Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087

A l'arrière de la Breguet Tradition Répétition Minutes Tourbillon, une chaîne couplée à une came égalise la force de frappe des marteaux de la sonnerie. © David Chokron/Worldtempus

Deux points encore avant d'en finir. Car la Tradition Répétition Minutes Tourbillon n'est pas qu'une montre à sonnerie. Elle est aussi une des rares à posséder un remontage automatique. Il est effectué par un segment en platine qui tourne autour du mouvement. Cette masse périphérique n'obstrue pas la vue sur le dos du mouvement 565DR. En cela, il respecte la logique de la ligne Tradition, qui montre tout de son architecture et ce des deux côtés. Energie, matières, transmission des forces et des sons, amplification naturelle, Breguet a mis cinq ans pour sortir la 7087. De face comme de dos, la nouveauté de l'approche se voit au premier coup d’œil. Elle est pragmatique, profonde et n'a pas fini de trouver des applications audibles.

Breguet - Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087

Heures et minutes excentrées, architecture visible, ponts en 3D, la 7087 bien une Breguet Tradition. © David Chokron/Worldtempus