Pour les horlogers de Cartier, le défi consistait à fabriquer une montre de plongée qui satisfasse les huit critères de lisibilité et de résistance dictées par la norme ISO 6425 tout en conservant les codes esthétiques habituels de la marque.

Dans le style typique de Carole Forestier Kasapi, qui a remporté le prix du meilleur horloger concepteur lors du Grand Prix d’Horlogerie de Genève en 2012, même les fonctions les plus banales de la Calibre de Cartier Diver ont été approchées dans un esprit novateur. La lunette tournante unidirectionnelle, particulièrement robuste puisque recouverte d’ADLC, a été conçue avec 120 crans pour permettre un réglage à la demi-minute, comme d’autres modèles de plongée similaires. Mais le son émis par la rotation de la lunette a bénéficié d’une attention toute particulière, afin de le rendre à la fois plus agréable et plus audible.

 

Calibre de Cartier Diver

Calibre de Cartier Diver © Cartier

 

Les chiffres romains, signes distinctifs de Cartier, sont bien présents sur le cadran même si le revêtement luminescent n’est appliqué qu’aux index des heures, au XII surdimensionné et au compteur de petite seconde à 6 heures, ce qui donne à la montre deux « visages » distinctes – une pour le jour et l’autre pour la nuit. A noter également : la discrète signature Cartier sur l’une des barres du X à 10 heures et l’indication « L Swiss Made L » sous le compteur de petite seconde pour souligner l’utilisation d’un matériau luminescent sur le cadran. Pour satisfaire aux exigences de la norme ISO 6425, l'indicateur de fonctionnement (c’est-à-dire le compteur de petite seconde) doit être visible dans la plus totale obscurité à une profondeur de 25 mètres.

 

The luminescent dial of the Calibre de Cartier Diver

Le cadran luminescent du Calibre de Cartier Diver. © Cartier

 

Fond de boîtier vissé, couronne vissée (ornée d’un spinelle de synthèse facetté) et verre saphir épais assurent une étanchéité à 300 mètres. Et pourtant la montre demeure étonnamment fine. Le boîtier, en acier inoxydable ou en or rose 18 carats, arbore le même diamètre de 42 mm que la Calibre de Cartier standard, avec surfaces satinées à bords polis, et n’excède son épaisseur que d’un millimètre. C’est une performance extraordinaire, si l’on songe que l’étanchéité de la Calibre de Cartier Diver est dix fois plus importante que celle du modèle de base.

Le chronométrage est assuré par le premier mouvement Cartier automatique entièrement développé et assemblé par la Manufacture. Le nom du calibre 1904 MC fait référence à l’année où Louis Cartier a créé l’une des premières montres bracelets modernes pour son ami le pilote Alberto Santos-Dumont. Plus d’un siècle plus tard, le mouvement MC 1904 établit de nouveaux standards avec un double barillet garantissant un indicateur de couple constant au fil du temps, un rotor monté sur roulement à billes en céramique assurant une excellente résistance aux chocs et une durabilité maximale, ainsi qu’un système de cliquet de remontage directionnel, spécialement étudié pour que la montre soit plus facile et plus rapide à remonter.

 

Calibre 1904 MC

Calibre 1904 MC © Cartier

 

Trois versions de la Calibre de Cartier Diver sont disponibles : en acier, en or rose ou en deux tons, à savoir en acier avec de subtiles touches d’or rose sur le bord extérieur de la lunette, sur la couronne et sur le cadran. Bien que le modèle en or rose puisse sans doute contribuer au ballast pour quiconque plongeant à 300 mètres, reste à savoir si une Calibre de Cartier Diver en or atteindra jamais cette profondeur. Quoi qu’il en soit, l’ensemble offre une montre à la résistance et à la robustesse avérées qui a tout d’une Cartier.