L’Horological Smartwatch est très Frédérique Constant, avec un cadran secondaire et une architecture générale proche des Slimline, les chiffres romains en plus. Pourtant, sous son cadran, la belle cache un cerveau connecté de haut vol. Mais il y a plus important : son intuitivité, sa facilité de compréhension et d'usage. Voilà la clé d’un produit réussi. Et, à cet exercice, Frédérique Constant a placé la barre très haut.
En sortie de boîte, il ne faut ainsi que cinq secondes pour comprendre qu'il n'y a qu'un seul poussoir pour tout contrôler. Puis une minute pour télécharger l'application sur son smartphone, deux autres pour la configurer, et moins de dix secondes pour les appairer. Quoi d'autre ? Rien. Bluffant.

L’Horological Smartwatch est avant tout une montre suisse d’excellente facture, avec une élégance contemporaine affirmée. © Delos Communications

La montre qui vous laisse dormir
La montre possède deux aiguilles annexes à l’indication horaire. La première aiguille indique la progression des objectifs d’activité, la seconde de sommeil. Avec une pression longue (trois secondes), leur fonction change : démarrer l'enregistrement de ces temps, ou indiquer de la date.
En somme, l'Horological Smartwatch ne suit que deux activités : diurne et nocturne. La première se détermine par rapport à un objectif que l'utilisateur fixe - par exemple, 10 000 pas par jour. Au fil de la journée, la montre sait reconnaître quand il marche et compte chacun de ses pas. L'aiguille d'activité avance ainsi au fil du temps, entre 0 et 100% de l'objectif.
Côté nocturne, même principe. On peut soit porter la montre au poignet, soit la laisser sous l'oreiller. Sans surprise, au poignet, l'analyse est plus pointue. On apprend les temps de sommeil léger, profond, leur durée.
Cerise sur le gâteau : comme l'Horological Smartwatch "écoute" vos cycles de sommeil, elle "sait" quand vous réveiller ! Indiquez votre heure approximative de réveil souhaité : si vous avez dormi du sommeil du juste, votre réveil pourra sonner avant cette heure et vous serez en pleine forme. Si le sommeil est jugé insuffisant, votre Horological Smartwatch vous accordera un rêve de plus...

Test réel de l’Horological Smartwatch. Chez WorldTempus, on dort peu, mais bien ! © Delos Communications

Et sinon, elle fonctionne bien ?
Le suivi d'activité est excellent. Les phases de marche sont toutes comptabilisées, les phases de repos aussi. Et si d'aventure ces dernières s'étirent trop, votre montre émettra un bip (discret) pour vous indiquer de rentrer en mouvement.
Son efficacité est relative car, en réalité, les phases de totale inactivité sont rares : levez-vous, prenez un café, répondez au téléphone, allez dans un autre bureau, et l'oisiveté sera interrompue. Ces "smart alarms" sont une amusante idée en théorie, mais peu utile en pratique.
Côté sommeil, le suivi de qualité est intelligent mais opaque. Difficile de comprendre comment l'ensemble est enregistré. Et il y a fatalement des matins où l'on sera en désaccord profond avec sa montre ! Pour autant, les enregistrements sont riches d’enseignements et leur consultation devient vite l’un des premiers réflexes du quotidien.
A noter deux derniers points intéressants : toutes les données sont sauvegardées sur la montre et le téléphone. A moins de perdre les deux en même temps, l’utilisateur pourra donc toujours récupérer ses données. Enfin, l’application peut supporter plusieurs montres, pratique pour ceux qui veulent par exemple s’équiper de la version plus sportive de l’Horological Smarwatch proposée chez Alpina. Les deux seront synchronisées sur le même téléphone.

Sport ou élégance ? Les deux, par nécessité, puisque la pièce devra être portée en toutes circonstances pour mesurer les activités. © Delos Communications

Autonomie et simplicité, maîtres mots de l’Horological Smartwatch
Doit-on considérer l’Horological Smartwatch comme une montre connectée ? Techniquement, oui, puisqu’elle fonctionne en binôme interactif avec un smartphone. Commercialement, pas vraiment. Ses fonctions sont sommaires, elles ne couvrent qu’une infime partie des capacités d’une Apple Watch, d’une LG G Watch, d’une Samsung Galaxy Gear. C’est aussi pour cela que son autonomie atteint deux ans, contre 24h pour les précitées. En somme, l’Horological Smartwatch est bien plus « watch » que « smart ».
C’est précisément ce qui fait toute sa pertinence auprès des amateurs d’horlogerie traditionnelle. Ces derniers peuvent posséder une smartwatch pour le plaisir, pour le week-end, mais n’envisagent nullement d’en porter une 24h/24, douze mois par an. L’Horological Smartwatch, elle, est conçue pour être portée quotidiennement. Le produit est beau, parfaitement fini, intelligent, simple, intuitif, positionné au juste prix (1295 euros). Plutôt qu’une énième tentative de montre hybride, avec ce garde-temps Swiss Made connecté, Frédérique Constant a choisi son camp, et c’est le bon.

La grande aiguille du cadran secondaire indique la progression de l’activité, de 0 à 100% (ici, 3%). La petite aiguille bleuie indique par défaut la date. © Delos Communications