Par définition, une montre à heures universelles est un exercice périlleux. Il n’y a rien de simple à vouloir afficher l’heure locale de tous les fuseaux horaires de la planète. D’abord, il en existe un total de 37, et non pas 24 comme on a tendance à le croire. De plus, certains adoptent le changement heure d’été/heure d’hiver. Enfin, la multiplication des informations sur leur cadran rend ce type de montres particulièrement chargé. La Senator Cosmopolite de Glashütte Original apporte une réponse simple à chacun de ces trois problèmes.

Premier point, elle est lisible. Le fuseau horaire d’origine, qu’on appelle souvent home time, est dans un sous-cadran à midi. Les heures locales sont au centre du cadran grainé. Comme elles donnent l’heure qu’il est dans 24 fuseaux horaires, les montres à heures universelles tendent à tous les afficher simultanément. Ce qui requiert 24 segments sur le cadran et un disque des heures locales pour l’accompagner. Pour rester lisible, cet amas d’informations utilise parfois des jeux de couleurs pour différencier des inscriptions minuscules. Rapidement, le diamètre de la montre explose, les couleurs sont indigestes et il faut encore une loupe pour bien lire les détails. La Senator Cosmopolite est monochrome et simple.

Glashutte-Original_Senator_Cosmopolite-1.jpg

La Glashütte Original Senator Cosmopolite de face affiche l’heure de Caracas (CCS), soit UTC – 4h30. © WorldTempus / David Chokron

Cette simplicité n’a rien de sorcier. Elle donne l’heure d’un seul fuseau à la fois, dans ses deux guichets situés à 8 heures. Dans certains cas, elle donne l’heure de deux fuseaux voisins lorsqu’ils partagent la même heure à la faveur de l’heure d’été/d’hiver. Sinon, l’un de ces guichets reste vide. Au lieu de noms de ville bizarrement abrégés, la Senator Cosmopolite utilise les codes IATA à trois lettres qui désignent les aéroports de la ville de référence de chaque fuseau. L’heure locale et l’heure de référence ont chacun leur indicateur jour/nuit.

Troisième point, elle est exhaustive. Comme il existe 37 fuseaux horaires et qu’il n’y a que 24 heures, 13 fuseaux sont décalés de l’heure pleine d’une demi-heure, voire de quarts comme Katmandou qui se situe à UTC + 4h45. La plupart des modèles du marché ne comptent que 24 fuseaux et sont incapables d’afficher des heures locales possédant une minute dédiée, réglable à volonté. La Senator Cosmopolite se règle au quart d’heure près. Quelle que soit l’heure qu’il est, lorsque l’on veut changer de fuseau horaire, la grande aiguille des minutes fait des sauts de 15 minutes en 15 minutes. Elle affiche donc n’importe quelle heure du monde avec exactitude.

Glashutte-Original_Senator_Cosmopolite-back.jpg

Le calibre 89.02 à platine ¾ et double col de cygne de la Senator Cosmopolite. © WorldTempus / David Chokron

Cette montre en or gris ou rose adopte un style très classique, typique de la marque saxonne. Elle fonctionne grâce à un mouvement de base à platine trois-quarts, une rareté, régulée par une raquetterie à double coq et double col de cygne, une autre rareté, et un module de complication exclusif. Ce dernier avait fait son apparition dans la Grande Cosmopolite Tourbillon, une montre à grande complication que Glashütte Original avait lancée en 2012. Noyée dans un océan de prestige, sa fonction heures universelles n’avait pas pris toute l’ampleur qu’elle mérite.

Dernier point, et il s’agit là d’une question qui dépasse la simple fonctionnalité. La Senator Cosmopolite est élégante. Elle multiplie les indications sans lourdeur, elle possède une boîte simple. Malgré ses cotes de 44 mm, elle n’envahit pas le poignet grâce à sa carrure verticale. Avec 72 heures de marche, elle ne se contente pas du minimum d’autonomie et adopte le standard auquel la plupart des montres Glashütte Original se conforment.

Glashutte-Original_Senator_Cosmopolite-2.jpg

La Glashütte Original Senator Cosmopolite et sa boîte en or rose de 44 mm au poignet. © WorldTempus / Keith Strandberg