Signe de l’engouement que représentent les Métiers d’Art depuis quelques années dans l’horlogerie, la catégorie éponyme du Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2014 accueille 23 montres candidates, soit plus du double de l’édition 2013 qui marquait l’inauguration de cette catégorie en tant que telle.  En effet,  inexistants au Grand Prix d’Horlogerie de Genève jusqu’en 2011, les Métiers d’Art font leur apparition cette année-là, mais sont intégrés dans la catégorie Joaillerie.

Si la présence cette année de plusieurs marques n’est pas étonnante, au vu de leur tradition et de leur patrimoine artistique -  Jaquet Droz, Chaumet, Van Cleef & Arpels, Bovet 1822, DeLaneau, Harry Winston, Hermès -  d’autres, comme Louis Moinet ou Greubel Forsey jouent les nouvelles venues dans cette catégorie.


Sculpteur et peintre renommés
Baptisée Golden Sails, cette pièce unique de la collection Art Piece de Greubel Forsey est née de la volonté de la Manufacture chaux-de-fonnière de travailler avec des artistes dont l’expression entre en résonnance avec son univers de haute-horlogerie et de grandes complications.  Les nano-sculptures de l’artiste britannique Willard Wigan, si petites qu’il faut les admirer à travers un microscope, coïncident avec la minutie et à la précision du travail de l’horloger. L’Art Piece 1 Golden Bridge renferme sur le flanc de son boîtier en or gris une micro caravelle à trois mâts en or, sculptée à la main, et dont  les cordages des voiles sont réalisés en fil de carbone. Le défi de Greubel Forsey aura été de mettre en scène cette minuscule œuvre d’art qui dépasse à peine le millimètre et est invisible à l’oeil nu. Sur la base du microscope, Greubel Forsey a développé un système optique miniaturisé comprenant un facteur de grossissement de 23x et des systèmes de correction des aberrations optiques et d’optimisation de l’éclairage. Le boîtier du Double Tourbillon 30°, qui renferme un mouvement à remontage manuel doté de 72h de réserve de marche,  a été modifié pour recevoir ce système dans une sorte d’hublot qui permet de voir le navire à sa taille réelle par rapport aux éléments qui l’entourent.  

 

L'Art Piece 1 Golden Sail: le trois-mâts sculpté par l'artiste Willard Wigan mesure 0.31 X 0.95 X 1.22 millimètre. © Greubel Forsey


C’est également un véritable artiste que julien Coudray 1518 met en lumière dans sa pièce unique Genève, la Rade, issue de la collection Manufactura 1528 Tableaux d’Art.  La peinture miniature en émail grand feu réalisée sur le cadran en or massif est une reproduction de l’œuvre du peintre de paysages suisse Jean-Daniel Ihly (1854-1910). Elle représente une scène de voiliers sur la rade de Genève, encadrée par de luxuriantes frondaisons au premier plan, que la technique de l’émail « point à point » semble animer. La montre renferme un mouvement manufacture à remontage manuel en or massif, décoré et gravé à la main, qui assure les fonctions des heures, minutes et secondes.

 

Julien-Coudray-Rade-de-Geneve

Genève, la Rade, de la collection Manufactura 1528 Tableaux D'art: la montre est vendue avec le tableau de Jean-Daniel Ihly. © julien Coudray 1518


La Chine en vedette
Bovet 1822 nous transporte en Chine avec son garde-temps Amadeo Fleurier 43 "Cheval Barbe", une pièce unique également, qui rend hommage à l’année du cheval à travers cette race chevaline réputée pour sa loyauté et son élégance.  Le fier animal représenté sur le cadran couleur crème peint et laqué à la main selon une technique chinoise, possède une selle et un harnachement richement décorés à la feuille d’or, que les touches de rouge  des pompons et du coussin de la selle viennent illuminer. Le boîtier en or rouge est entièrement  décoré des traditionnelles  gravures fleurisannes, une spécialité de la maison Bovet datant du 19e siècle. En son cœur bat à la fréquence de 28’800 alternances par heure un mouvement automatique qui anime les élégantes aiguilles ondulées des heures et des minutes.

 

bovet_amadeo_fleurier_cheval-barbe

Amadeo Fleurier 43 "Cheval Barbe". © Bovet 1822


Chez Chanel, c’est le yin et le yang que symbolisent les cadrans en émail Grand Feu et nacre sculptée des deux montres Twin Volutes Enchantées, de la collection Mademoiselle Privé Coromandel.  L’homme et la femme sont liés chacun à une montre, obscure ou claire,  qui présente un cadran et un bracelet de cuir noirs ou blancs. Le boîtier en or blanc de 37,5mm de diamètre arbore une lunette et une couronne ornées de diamants sertis neige ; il renferme un mouvement automatique avec 42h de réserve de marche qui affiche les heures et les minutes.

 

chanel_twin_volute_coromandel_h3807_h3808_01.jpg

Les deux montres Twin Volute Coromandel, symbolisent le yin et le yang, l'homme et la femme, l'ombre et la lumière. © Chanel


La Golden Bridge Dragon de Corum offre un magnifique travail de gravure sous la forme d’un dragon en or rouge qui déploie ses ailes et ses griffes de part et d’autre du célèbre mouvement baguette exclusif de Corum.  D’abord coulé dans un moule pour ébaucher sa forme, le mythique animal prendra peu à peu vie dans tous ses détails après plus de deux semaines passées sous les coups de burins légers et précis d’un artisan de la Manufacture. Touche finale, une perle blanche est déposée sur la queue de l’animal, à 2h, en face de sa tête, assurant l’équilibre esthétique cadran. Tout aussi esthétique et artistique, le calibre linéaire CO 113 à remontage manuel arbore une platine et des ponts en or rouge et la signature Corum gravée à la main.  Battant à 28'800 alternances/heure, il est équipé d’un balancier à inertie variable et affiche les heures et les minutes grâce à des aiguilles facettées, squelettées et dorées en or rouge. L’ensemble du splendide tableau que forment le dragon et le mouvement s’admire par les perspectives qu’ouvrent les quatre verres saphir de la glace, du fond et des flancs du boîtier tonneau en or rouge.

 

Corum-Golden-Bridge-Dragon

Golden Bridge Dragon © Corum


Monde aquatique
C’est son modèle Hippocampe, de la collection Rondo, que DeLaneau a inscrit dans la catégorie Métiers d’Art du Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Faisant appel à plusieurs techniques artistiques – plique à jour, émail Grand Feu, insertion de paillons, gravure et sertissage – cette pièce unique se caractérise par la luminosité que la combinaison d’émaux opaques et translucides confère au fond aquatique du cadran. L’hippocampe est réalisé en plique à jour ; gravé et serti de diamants, il fait face à un massif de corail traité dans un style impressionniste développé par les émailleuses de DeLaneau. Cette scène sous-marine prend place dans un boîtier en or blanc de 42mm dont la lunette et les cornes sont ornées de diamants, et qui abrite un mouvement automatique.

 

Delaneau-hippocampe

Hippocampe, une invitation dans le monde sous-marin. © DeLaneau