Pour être admise dans la catégorie sport du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, une montre doit simplement être « associée au monde du sport ». Dans la pratique cela signifie que les modèles candidats proviennent de domaines très variés.

Quand l'aviation rejoint le sport
Prenez la Turbine Pilot de Perrelet par exemple, dont la caractéristique essentielle rappelle les pales d’un moteur d’avion. Ce modèle Pilot en particulier comporte également une règle à calcul circulaire d’aviation ainsi qu’une hachure noire et jaune typique de l’aéronautique, visible lorsque la turbine tourne. Mais avec son imposant boîtier de 48 mm de diamètre en acier inoxydable, disponible avec ou sans revêtement PVD noir, et ses grands index horaires luminescents, la Perrelet Turbine Pilot a sans conteste un look sportif qui lui garantit une place dans cette catégorie.

 

Perrelet Turbine Pilot

Les deux versions de la Turbine Pilot de Perrelet , avec (à gauche) et sans (à droite) revêtement PVD sur le boîtier en acier. © Perrelet


Perte de poids
Grâce à son pedigree, la Zenith El Primero est l’une des stars de la catégorie chronographes du Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Mais la marque a aussi présenté la nouvelle El Primero Lightweight dans la catégorie sportive, car elle a été inspirée par les sports automobiles high-tech, où tout est mis en oeuvre pour éliminer le poids superflu.

Par conséquent, la Primero Lightweight est dotée d’un boîtier en carbone de 45 mm et les composants principaux de son mouvement (platine, pont de barillet, pont du balancier, pont du chronographe, pont de levier et pont d’échappement) sont fabriqués en titane plutôt qu’en laiton, plus ordinaire et surtout beaucoup plus lourd. Outre son apparence splendide avec son revêtement en ruthénium, ce calibre El Primero 400B est donc 25% plus léger que sa version classique.

 

Zenith El Primero Lightweight

Zenith El Primero Lightweight © Zenith


Le thème de l’ultra-légèreté s’exprime également dans son design par un cadran ajouré et un grand raffinement des détails comme les chiffres squelettisés de la date sur un anneau périphérique. Le bracelet en caoutchouc noir revêtu de Nomex parachève le style ultraléger et sportif de ce modèle en édition limitée à 250 pièces.

De la compétition à la manufacture
La collection Racing d’Armin Strom a davantage de références en matière de montres sportives, puisque les ponts du calibre de son mouvement automatique AMR13-MR sont fabriqués à partir d’un bloc moteur original de Formule 1. Elle possède aussi des éléments en acier revêtu de PVD sur le boîtier, avec une touche de titane et un bracelet en caoutchouc noir. Les similitudes avec la Zenith El Primero s’arrêtent là.

 

Armin Strom Racing Gravity

Armin Strom Racing Gravity © Armin Strom

 

Sur ce modèle, le cadran ajouré ne sert pas à économiser du poids, il fait partie d’une tradition de squelettisation inhérente au travail d’Armin Strom lui-même et révèle un mouvement qui bat à une fréquence de moitié inférieure à celle de la Zenith El Primero (18'000 vibrations par heure, contre 36'000 pour El Primero). A noter les indications de temps décentrées, subtile expression de la provenance authentiquement maison du mouvement. Seule une société qui réalise vraiment ses propres composants, comme le fait Armin Strom, peut se permettre une telle liberté. Seuls 50 exemplaires de ce modèle exclusif, offrant une réserve de marche impressionnante de cinq jours, sont disponibles.

Champions anglais
L’un des modèles les plus clairement sportifs de la catégorie Sport du Grand Prix d’Horlogerie de Genève cette année est le Chronographe Aeroscope Arsenal FC Limited Edition de JeanRichard. Il a été présenté à Baselworld 2014, quelques semaines seulement après que la marque a surpris les observateurs en devenant un partenaire officiel de ce club de football – une démarche prémonitoire puisque les « Gunners » ont fini par remporter la Coupe d’Angleterre 2014.

 

JeanRichard Aeroscope Arsenal Special Edition

JeanRichard Aeroscope Arsenal FC Special Edition © JeanRichard


L’aiguille de la petite seconde stylisée en forme de canon, l’emblème du club qui donne son surnom à l’équipe, et le fond rouge du cadran distinguent clairement cette pièce comme une montre d’Arsenal. Boîtier en titane noir sablé avec traitement DLC et lunette avec poussoirs en composite fibre de carbone accentuent l’aspect sportif de ce modèle équipé d’un mouvement chronographe à remontage automatique offrant 42 heures de réserve de marche.

Que vous soyez fan de football, de Formule 1, d’aviation militaire ou simplement de montres high-tech et ultralégères, il y aura une multitude de choix dans la catégorie sportive du Grand Prix d’Horlogerie de Genève cette année. Le jury a le dernier mot, mais donnera-t-il le coup de sifflet final ou agitera-t-il le drapeau à damiers ?