Plus les montres jouent avec notre imaginaire, plus elles font vibrer notre corde sensible. Un jeu de séduction qui oscille souvent entre horlogerie pure et joaillerie inventive. En matière d’horlogerie féminine, à la rigueur de la mécanique répond souvent une mise en scène du temps propice à éveiller notre intérêt. Il suffit d’un diamant mobile, d’un précieux insecte pointant les minutes du bout de ses ailes ou d’un boîtier transformable à l’envi selon une illusion optique parfaitement maîtrisée pour que l’on se prenne au jeu. Si l’on ne voit pas toujours très clair dans le jeu de ces montres, une chose est sûre, elles ont tous les atouts de leur côté pour remporter la mise : le cœur des femmes…

Celle qui tire son épingle du jeu…
C’est Margot ! Christophe Claret a épaté son monde en avril dernier en imposant sa première complication féminine comme l’une des montres pour dames parmi les plus créatives. Margot, un diminutif de Marguerite pour cette montre qui propose de tuer le temps en effeuillant la fleur éponyme. Pour ce faire, elle intègre un dispositif mécanique permettant de reproduire l’aléa de la nature. A chaque pression, la montre s’anime, faisant disparaître sous le cadran un pétale, parfois deux, de manière parfaitement aléatoire. Le verdict calligraphié de cet effeuillage amoureux apparaît alors. C’est drôle, précieux, inventif à souhait. On l’aime, un peu, beaucoup, passionnément… à la folie.

 

Christophe-Claret_Margot

Margot, ou le jeu de l'amour... © Christoph Claret


Celle qui mène le jeu…
C’est vous ! Car tout l’intérêt des sept diamants de la collection Happy Diamonds de Chopard, c’est que les gemmes se déplacent entre le cadran et la glace saphir en fonction des mouvements du poignet. Cette année, on flashe sur le drôle de jeu de lumière produit par le modèle Happy Sport Medium Automatic Two Tone qui est une nouvelle déclinaison acier et or du modèle présenté à Basleworld 2013 pour le 20e anniversaire de la ligne. Cadran argenté guilloché, boîtier de 36mm et diamants facétieux sont réunis pour sortir le grand jeu.

 

Chopard-Happy-Sport-Medium-Automatic-Two-Tone-278559-6002

Happy Sport Medium Automatic Two Tone. © Chopard


Celle qui joue à cache-cache…
C’est Chaumet ! Il était une fois une abeille qui tentait d’échapper à une araignée… A moins que ce ne soit l’inverse? Peu importe finalement, tant que l’une et l’autre continuent de courir sur le cadran de la montre Attrape-moi… si tu m’aimes. Dans cette version en or gris sertie de diamants taille brillant, Chaumet compose le cadran telle une scène précieuse creusée d’un motif toile d’araignée et décorée de découpes de nacre assemblées entre des filets en métal sertis de diamants taille brillant. Quand l’araignée affiche les heures, l’abeille virevolte pour les minutes. La montre est tout simplement addictive : on se pique au jeu de savoir si l’abeille parviendra à faire jeu égal avec son homologue arachnéenne !

 

Chaumet-Attrape-moi-aimes

Attrape-moi... si tu m'aimes. © Chaumet


Celle qui joue double-jeu…
C’est la rose! Celle que Piaget réinvente au fil de ses collections et qui, dans la version Limelight Blooming Rose change de visage d’un simple jeu de mains. Tour à tour en bouton ou déployant ses corolles de diamants, la montre se transforme grâce au boîtier dont la partie supérieure tourne à 45°. Au jeu de la séduction, avec ses 269 diamants sertis grain qui ourlent le cadran laqué noir, la Limelight Blooming Rose est certaine de gagner.

 

Piaget-Limelight-Blooming-Rose

Limelight Blooming Rose. © Piaget