Depuis sa première édition en 1978, la Route du Rhum est devenue l'un des trophées les plus convoités du monde de la voile. Cette course transatlantique en solitaire a lieu tous les 4 ans en novembre et couvre 6 560 km entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. Cette année, elle devrait durer environ 7 jours.

Avec 90 voiliers prévus au départ, dont 8 maxi-multicoques océaniques pour la classe Ultime, l'édition 2014 bat un record de participation.

Conçu à l'origine pour un équipage de 14 personne, Spindrift 2 a été minutieusement adapté pour cette course. Le mât a été raccourci de 6 mètres, réduisant la surface des voiles d'un cinquième afin de les rendre plus manœuvrables. La cabine a été configurée pour être utilisée par un navigateur unique. Un vélo a aussi été installé sur le pont afin que Yann puisse actionner les winchs à la force de ses jambes comme de ses bras. Enfin, un pilote automatique, outil essentiel pour les courses en solitaire, a été spécialement conçu et optimisé.

Les changements techniques du Spindrift 2 ont ainsi requis une importante série de tests en pleine mer. Pour Yann, le plus important était de s'assurer que le bateau soit un parfait compromis entre rapidité et fiabilité, performances et sécurité.

 

Zenith-Spindrift--2.jpg

Avec ses 40 mètres de long, le Spindrift 2 est un véritable géant de mer.


Son skipper, Yann Guichard, reconnaît parfaitement les difficultés qui l'attendent : "Sur un bateau de la taille du Spindrift 2, la moindre manœuvre, c'est une heure de travail" explique-t-il. "On ne peut pas enchaîner comme ça ni brûler toute son énergie d’un seul coup, car il faut rester lucide et prêt pour la suite des événements."

Le départ de la Route du Rhum aura lieu le dimanche 2 novembre à 14:00 sur la côte de Saint-Malo. 10 minutes avant, le Directeur de Course hissera un drapeau sur le bateau de tête puis tirera un coup de feu ; les 90 marins au départ démarreront simultanément le compte-à-rebours sur leur montre. Ils passeront les 10 minutes suivantes à surveiller l'heure environ toutes les 15 secondes...  Leur but ? Passer la ligne de départ à pleine vitesse à la position précise qu'ils convoitent et à la seconde exacte du coup d'envoi.

Lors d'une course à la voile, la gestion du temps constitue une des clés de la réussite. Elle est primordiale dans les moindres manœuvres et se répercute sur le résultat final de la course.
Yann sait que la météo sera un facteur décisif, les dépressions étant connues pour compliquer la navigation des concurrents pendant cette traversée automnale de l'Atlantique. Il est conscient qu'avec un bateau de cette taille, il devra appliquer sa tactique à la lettre et anticiper les conditions météo pour éviter des manœuvres qui le ralentiraient et le soumettraient à des vents irréguliers.

Le marin solitaire a aussi besoin de dormir, même si cela dure rarement plus de vingt minutes d'affilée. De plus, il doit savoir combien de temps il a dormi, afin d'éviter la privation de sommeil. Raison de plus pour avoir une montre robuste et fiable au poignet pour la garder sous les yeux à chaque instant !

 

Zenith-Spindrift--3.jpg

Pendant la course, Yann passera le plus clair de son temps à l'extérieur, sous la casquette, dans une cellule de pilotage qui abritera son ordinateur, sa couchette et tout son équipement. Il devra être prêt à réagir à tout moment, comme par exemple pour changer de direction ou pour régler une voile.